Bonjour,

Vous appréciez notre contenu, cependant votre bloqueur de publicité nous prive des ressources publicitaires sans lesquelles ce site n'aura d'autre choix que de fermer.
Certains sites ont abusé de la publicité en envahissant les écrans et ce sont tous les autres éditeurs qui paient pour ces abus. Nous vous invitons à lire cet article Les adblockers m’ont tuer.
Merci de désactiver votre logiciel (par exemple ADBLOCK) qui bloque les publicités.
Pour désactiver votre logiciel bloqueur de publicité sur notre site (et uniquement sur notre site), il suffit de cliquer sur l'icône de votre bloqueur de publicité puis de cliquer sur "autoriser ce site". Si vous avez un doute, contactez-nous
Merci de votre compréhension

Voici les logos de quelques uns de ces logiciels :



 
Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Vos Articles > Décret anti « Airbnb » : la stupidité des lobbys
mercredi 24 mai 2017

Décret anti « Airbnb » : la stupidité des lobbys

Cet article a été soumis pour publication par un tiers qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce contenu.

Je dirige le groupe E-loue, spécialiste de la location sur internet. Nous possédons notamment dans notre groupe le site Sejourning, le principal concurrent « Français » du site Airbnb.

Pour rappel le décret adopté dimanche soir permet aux communes de plus de 200 000 habitants et celles de la petite couronne parisienne de demander aux propriétaires de faire immatriculer leur logement avant de le mettre en location sur les plateformes d’hébergement. Ce qui est évidemment très contraignant pour les utilisateurs.

L’économie collaborative est un des rares secteurs en croissance actuellement en France, alors pourquoi freiner son essor ?

  • Un tel décret va tuer les plateformes comme Sejourning qui n’ont pas les mêmes ressources financières que des géants comme Airbnb.
  • Cela va freiner l’essor de la location entre particuliers. En effet il y a déjà eu des nouvelles règles de fiscalité contraignantes, désormais il y a des règles d’immatriculations de logements. De ce fait un propriétaire aura forcément des freins psychologiques avant de mettre en location son logement. Aujourd’hui sur Sejourning il y a 20 000 logements en location et on constate déjà un ralentissement du dépôt de nouveaux logements.
  • La cibles des voyageurs dans ces appartements est différente de celle des hôtels : tarifs moins élevés, expérience différente, possibilité d’être groupé à plusieurs dans un appartement notamment pour les familles, etc.
  • C’est aux hôtels de s’adapter à ces nouveaux usages en créant des nouveaux services, des nouvelles offres. L’interdiction et le fait de freiner ces locations ne fait que repousser le problème. Il est possible d’imaginer qu’un groupe hôtelier propose dans son panel des offres haut de gamme, milieu de gamme, low cost, et des appartements de particuliers. Aussi un hôtel pourrait offrir des services comme laver le linge, donner accès à sa salle de sport, vendre une demi pension…aux voyageurs des appartements aux alentours. Une multitude de services autour des voyageurs de Sejourning ou Airbnb peuvent permettre de développer l’essor des hôtels, via des modèles économiques différents.
  • Les plateformes comme Airbnb, Sejourning, permettent de favoriser le tourisme. Les touristes financent l’économie locale. Ce manque à gagner sera bien plus élevé que les taxes de Séjour et les revenus issus des locations qui ne feront que diminuer avec de tels décrets.
  • Ce décret complexifie les locations alors que tou les services liés aux nouvelles technologies ne peuvent fonctionner que s’ils sont simples.
  • Dans des villes comme Paris il y a un manque cruel de logements en location longue durée, c’est une triste réalité. Mais la réponse a ce problème est elle de limiter Airbnb et Sejourning ? Le réel fonds du problème n’est-il pas de se demander pourquoi les propriétaires ne veulent plus louer en longue durée ? J’échange tous les jours avec des propriétaires et les réponses sont claires : fiscalité lourde, taxe des micro logements, difficulté pour se séparer d’un locataire qui ne paie pas ses loyers, encadrement des loyers, impossibilité de louer des biens de moins de 14m2 qui proviennent d’une division, etc.

Au delà de freiner l’économie collaborative, ces lois / décrets freinent l’essor de l’économie de manière générale.

Je comprends l’inquiétude des hôteliers, mais ce n’est pas les aider que de mettre en place ce type de décrets, qui a été pris sans aucune concertation, car la volonté des clients finira toujours par l’emporter sur la volonté des lobbys !

A propos de l’auteur,
Alexandre Woog
Président Groupe E-loue

Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien http://suiv.me/7825 vers sa source ou le lien http://suiv.me/7825.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 

 

Vous souhaitez publier un article éducatif ? Une opinion personnelle ?

Alors cliquez ici.
 

 

Les commentaires

  • 1. Décret anti « Airbnb » : la stupidité des lobbys, 3 mai, 15:39, par christophe

    Et oui Mr Woog, les hôteliers préfèrent casser la soi-disant "concurrence" mais surtout ne pas s’adapter (ou évoluer).
    Les chambres d’hôtes tout d’abord.. mais on aiment bien les copier maintenant.
    Les Ota’s ensuite.. mais il ne faut surtout pas les lâcher. (ni les fâcher).
    Airbnb maintenant .. mais 1 hôtelier sur 3 y est présent pour vendre ses chambres.
    Notre profession se veux être au top de la technologie mais oublie de mettre en avant de nouveaux services.

  •  
     

Un avis, un commentaire ?

À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants auto-promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Message limité à 5000 caractères

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »