Bonjour,

Vous appréciez notre contenu, cependant votre bloqueur de publicité nous prive des ressources publicitaires sans lesquelles ce site n'aura d'autre choix que de fermer.
Certains sites ont abusé de la publicité en envahissant les écrans et ce sont tous les autres éditeurs qui paient pour ces abus. Nous vous invitons à lire cet article Les adblockers m’ont tuer.
Merci de désactiver votre logiciel (par exemple ADBLOCK) qui bloque les publicités.
Pour désactiver votre logiciel bloqueur de publicité sur notre site (et uniquement sur notre site), il suffit de cliquer sur l'icône de votre bloqueur de publicité puis de cliquer sur "autoriser ce site". Si vous avez un doute, contactez-nous
Merci de votre compréhension

Voici les logos de quelques uns de ces logiciels :



 
Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Vos Articles > Le développement durable, partie intégrante de la chaîne (...)
samedi 27 mai 2017

Le développement durable, partie intégrante de la chaîne de valeur de l’industrie des produits d’hygiène papier à usage unique

Cet article a été soumis pour publication gratuite par un tiers qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce contenu.
 

Vétéran du secteur, Roberto Berardi, de l’European Tissue Symposium, explique les mesures prises par celui-ci pour rester à la pointe face aux défis du développement durable.

Lorsque l’on travaille dans un secteur d’activité tributaire des forêts pour sa matière première, on est naturellement amené à penser à long terme. L’attention pour le renouvelable est un mode de vie dans l’industrie des produits papier à usage unique, qui doit composer avec des cycles de croissance pouvant aller jusqu’à 50 ans selon les espèces. L’Europe a mis en place quelques-uns des systèmes de gestion forestière les plus avancés au monde et elle réalise de bonnes performances, mesurées à l’aune de toute une série de critères de développement durable. L’objectif du secteur des produits papier à usage unique est non seulement d’encourager l’adoption en son sein de pratiques toujours plus écoresponsables, mais aussi de promouvoir l’hygiène et la santé publique dans toute l’Europe. Le développement durable doit devenir un mode de vie.

Une nurserie :

Avant d’expliciter plus avant certaines des initiatives prises par le secteur, j’aimerais définir clairement le concept d’activité « écoresponsable ». Le développement durable est souvent décrit comme reposant sur trois piliers : le social, l’environnemental et l’économique. Je souscris bien sûr à cette définition, mais je lui en préfère une autre, apprise voici quelques années lors d’un séminaire à la Harvard Business School, et qui décrivait le développement durable en termes de Leadership et de Responsabilité. Une entreprise doit se fixer des axes directeurs, en plaçant les principes de développement durable au cœur même de sa finalité, de sa mission, de sa stratégie, de ses objectifs, de ses valeurs et de ses responsabilités. Elle doit ensuite créer un contexte institutionnel et une culture dans lesquels ses actions trouvent une justification économique, juridique et éthique.

L’organisation qui respecte chacun de ces trois critères dans chacune de ses actions peut légitimement se prétendre écoresponsable. Comme nous avons déjà pu le constater, les exigences éthiques deviennent souvent des obligations légales avec le temps, au fur et à mesure que l’opinion sociétale commence à adopter une approche plus durable de la marche des affaires.

Voilà qui rejoint en fin de compte la vocation du Rapport Brundtland, d’unir les pays dans la poursuite commune d’un développement durable, c’est-à-dire, répondant aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

Positionnement de l’industrie européenne des produits papier à usage unique
Le secteur œuvre en permanence à améliorer sa dimension durable dans une multitude de domaines différents, dont le recyclage, la récupération, le transport, la gestion de l’eau et la santé-sécurité sur le lieu de travail. Certaines initiatives sont déjà bien établies et l’on note également plusieurs nouveaux projets passionnants en cours de développement, qui sont probablement des signes précurseurs de l’orientation future du secteur.

Certification forestière – un développement crucial pour prouver notre engagement en faveur du renouvelable
Nous sommes extrêmement fiers de notre toute récente initiative en matière de certification forestière. Ce développement crucial pour le secteur est de nature à rassurer nos clients et les consommateurs tout en renforçant encore notre crédibilité.

ETS soutient l’utilisation de fibres issues de forêts bénéficiant d’une gestion durable et légale, et encourage le recours à la certification par des tiers comme l’une des meilleures manières de garantir que les fournisseurs respectent ces exigences. Nous ne donnons pas la faveur à un mécanisme particulier, mais nous soutenons les différents programmes de certification forestière, nationaux et internationaux, qui offrent des vérifications ou des certifications de conformité par une tierce partie.

Les clients ont favorablement accueilli la certification des fibres et nous nous sommes engagés à soutenir le management durable des forêts, fondé sur la gestion responsable des ressources, la responsabilité sociétale et la viabilité économique. Nous encourageons également le développement de standards, les mesures de performances et l’amélioration continue des meilleures pratiques pour les écosystèmes forestiers.

Nous nous référons à la définition de la « gestion durable des forêts », telle qu’elle a été adoptée lors de la deuxième conférence ministérielle sur la protection des forêts en Europe, qui s’est tenue à Helsinki en 1993 : « la gérance et l’utilisation des forêts et des terrains boisés, d’une manière et à une intensité telles qu’elles maintiennent leur diversité biologique, leur productivité, leur capacité de régénération, leur vitalité et leur capacité à satisfaire, actuellement et pour le futur, les fonctions écologiques, économiques et sociales pertinentes, aux niveaux local, national et mondial ; et qu’elles ne causent pas de préjudices à d’autres écosystèmes ».

ETS s’est tout particulièrement réjoui du nouveau Règlement de l’UE dans le domaine du bois, entré en vigueur en 2013 et qui assure que seuls des produits et dérivés du bois issus d’une récolte légale sont commercialisés dans toute l’Europe des 28. Les membres d’ETS s’engagent depuis quelques années à utiliser exclusivement des fibres provenant de sources légales et durables.

Examen des possibilités en matière de recyclage et de récupération
L’Europe est à la pointe du recyclage du papier dans le monde, avec des niveaux supérieurs à 70 % en 2012 (1) – venant de 40 % en 1995. Alors que les niveaux de consommation du papier sont restés identiques à ceux de 1998, ceux du recyclage ont augmenté de 150 %. En Europe, une fibre de papier est collectée et recyclée en moyenne 3,5 fois, contre seulement 2,4 fois dans le monde. ETS est membre du European Recovered Paper Council, qui vise un objectif sur base volontaire de 70 % de papier recyclé dans l’Union européenne, plus la Suisse et la Norvège, d’ici 2015 – un niveau d’ores et déjà atteint aujourd’hui et qui est plus élevé que dans n’importe quel autre région du monde.

Comme j’aimerais toutefois le souligner, les études d’analyse du cycle de vie (ACV) montrent que des produits papier à usage unique peuvent être fabriqués à la fois à partir de fibres récupérées et de fibres neuves, avec leurs avantages et inconvénients respectifs. Des spécialistes ont procédé à des études, qui prouvent que la décision d’employer l’un ou l’autre type de fibre n’a pas d’incidence significative sur l’empreinte carbone d’un papier hygiénique, et qu’aucun des deux types de fibre n’est préférable d’un point de vue environnemental lorsque l’on considère les émissions de CO2 (2).

L’incidence totale sur l’environnement dépend d’un certain nombre de facteurs, dont la situation géographique de la papeterie, la proximité des fibres disponibles, les options énergétiques et la valorisation des déchets de fabrication. Elle doit donc de ce fait faire l’objet d’un examen au cas par cas. Pour cette raison, nous prônons une approche du cycle de vie total pour mieux cerner l’impact environnemental de nos produits. Nous ne sommes pas favorables à un label d’empreinte carbone pour nos produits, car celui-ci ne mesure qu’un impact environnemental isolé, ce qui pourrait être potentiellement trompeur pour nos clients. Nous suivons néanmoins avec beaucoup d’intérêt le projet de l’UE d’évaluer les empreintes environnementales des produits et des organisations, celles-ci devant englober l’ensemble des incidences sur l’environnement et combler la lacune du seul bilan carbone.

Grâce à de nouvelles technologies de pointe, l’industrie du produit papier à usage unique utilise de plus en plus de fibres recyclées, sans compromis au niveau de la douceur, de la résistance et du pouvoir absorbant. Les entreprises innovent en utilisant des fibres recyclées ou des fibres respectueuses de l’environnement tirées d’essences à forte croissance, et nous sommes en mesure de proposer des produits similaires à ceux à base de fibres vierges.
La toute dernière nouveauté est le fait que des chefs de file du secteur étudient activement des possibilités de recycler les essuie-mains en papier. Les études sont en cours mais elles pourraient déboucher sur des percées passionnantes pour notre industrie, en contribuant à conforter l’Europe dans son statut de champion du monde du recyclage du papier.

Encourager la réduction des déchets
La manière la plus efficace de récupérer des matériaux usagés est de commencer par ne pas générer de déchets. Un énorme travail est entrepris dans les papeteries de toute l’Europe pour diminuer la production de déchets, que ce soit dans le processus de fabrication, dans la coupe du papier ou dans l’utilisation des machines et des engins de manutention. Des efforts sont consentis pour éviter les dégâts et donc réduire les déchets dans la manipulation des produits papier à usage unique, et l’industrie planche également sur des produits plus absorbants, ce qui contribue de facto à en réduire l’usage.

La préservation de l’eau est une préoccupation centrale dans le monde et les entreprises actives dans le secteur des produits papier à usage unique opèrent de plus en plus en circuit totalement fermé pour réutiliser celle-ci – encore qu’il leur faille évaluer si cette option est la plus rentable dans les pays du Nord de l’Europe, où l’eau est plus abondante.

Développement durable sur le lieu de travail
La sécurité sur le lieu de travail est un prérequis fondamental du développement durable – et aussi une obligation légale et éthique. Le maintien de conditions de sécurité optimales est ancré dans le respect de l’individu, et le personnel sera plus motivé et travaillera mieux s’il pense que le management fait de la sécurité la priorité numéro un. Il en résulte un cercle vertueux, bénéfique pour la prospérité de l’entreprise. La mise en œuvre de valeurs et de pratiques qui garantissent des niveaux de sécurité optima est enracinée dans la psychè, non seulement de l’industrie des produits papier à usage unique, mais aussi de ses principaux fournisseurs, et nous sommes fiers des standards que nous maintenons.

Quel avenir pour le secteur des produits papier à usage unique ?
Les clients et les consommateurs sont de plus en plus conscients du besoin d’économiser et de préserver les ressources. Ils sont particulièrement sensibles à la réduction des emballages et certains acteurs du secteur ont pris des initiatives pour rendre leurs produits plus compacts. De quoi satisfaire à la fois les détaillants, car les marchandises occupent moins d’espace dans les linéaires, et les consommateurs, vu qu’elles sont moins encombrantes à ranger à la maison. Des rouleaux plus grands – deux fois la longueur d’un rouleau standard – qui font économiser sur les coûts d’emballage, de transport et de stockage, sont disponibles depuis des années, et ils s’étendent de plus en plus largement aux marques de distributeurs.

ETS a également entrepris des études sur le transport, en se concentrant sur l’utilisation qui est faite des camions et l’optimisation des cargaisons dans un but d’économie et d’efficacité énergétique. Et le secteur n’en reste pas là. Nous regardons également du côté des plastiques recyclés pour les suremballages, afin d’assurer que chaque maillon de la chaîne de fabrication soit conscient de l’impact qu’il a sur l’environnement.

Tournée vers l’avenir, notre industrie continuera de repousser les frontières des techniques de réutilisation, surpassant même sur certains points l’excellent travail qui a été fourni jusqu’ici. Je crois que nous développerons une technologie de production et de transformation du papier toujours plus efficiente et efficace, et peut-être les machines seront-elles rendues plus compactes pour pouvoir être implantées plus près du client final.

J’espère également que nous travaillerons à limiter davantage encore le gaspillage d’énergie, promouvoir les ressources renouvelables et diminuer le nombre de kilomètres parcourus par nos produits. Des avancées prometteuses ont actuellement lieu dans le domaine de l’énergie éolienne, avec des turbines installées dans les forêts, au sommet des collines où elles sont à l’écart des zones habitées, et dans des régions à faible rendement.

Mon rêve, bien sûr, serait que les innovations futures fournissent à la planète des quantités illimitées d’une énergie bon marché et à faible incidence. De quoi nous permettre de mettre au point le rouleau de papier hygiénique idéal : doux, absorbant, résistant, très long, joliment décoré, fabriqué à partir de fibres recyclées et vendu à un prix accessible au plus grand nombre.

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que je repense à ce que nous avons réalisé jusqu’ici pour promouvoir les principes du développement durable dans l’ensemble de notre secteur. Et je suis optimiste pour l’avenir, songeant jusqu’où l’innovation et une saine détermination à encore mieux faire peuvent nous mener. Mais nous ne nous reposons pas sur nos lauriers. L’industrie européenne des produits papier à usage unique s’est donné pour mission d’aider les gens à bénéficier d’une meilleure qualité de vie, en leur donnant accès à des conditions d’hygiène optimales, plus favorables à la santé humaine. Si nous ne parvenons pas à améliorer, ou au strict minimum à maintenir nos standards d’excellence, nous ne pouvons pas revendiquer le qualificatif « d’écoresponsable ».

À propos d’ETS
ETS (European Tissue Symposium) est l’organisation européenne des fabricants de produits papier à usage unique. Les membres d’ETS représentent la majorité des producteurs de produits papier à usage unique à travers l’Europe et près de 90 % de la production européenne totale de ouate de cellulose. ETS a été fondé en 1971 et est basé à Bruxelles. Pour informations complémentaires : www.europeantissue.com ou http://www.europeantissue.com/position-papers/position-papers/environment/

(1) CEPI
(2) Empreinte carbone du papier hygiénique : comparaison de papiers hygiéniques composés de 100 % de pâte de fibres fraîches et de 100 % de pâte de fibres recyclées. Auteurs : Catharina Hohenthal et Katri Behm, mars 2009

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/3593

Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien http://suiv.me/3593 vers sa source ou le lien http://suiv.me/3593.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 

 

Vous souhaitez publier un article éducatif ? Une opinion personnelle ?

Alors cliquez ici.
 

 

Un avis, un commentaire ?

À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants auto-promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Message limité à 5000 caractères

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »