Bonjour,

Vous appréciez notre contenu, cependant votre bloqueur de publicité nous prive des ressources publicitaires sans lesquelles ce site n'aura d'autre choix que de fermer.
Certains sites ont abusé de la publicité en envahissant les écrans et ce sont tous les autres éditeurs qui paient pour ces abus. Nous vous invitons à lire cet article Les adblockers m’ont tuer.
Merci de désactiver votre logiciel (par exemple ADBLOCK) qui bloque les publicités.
Pour désactiver votre logiciel bloqueur de publicité sur notre site (et uniquement sur notre site), il suffit de cliquer sur l'icône de votre bloqueur de publicité puis de cliquer sur "autoriser ce site". Si vous avez un doute, contactez-nous
Merci de votre compréhension

Voici les logos de quelques uns de ces logiciels :



 
Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Technologie > Trivago achète le PMS Base7Booking, mais c’est pour le (...)
jeudi 19 janvier 2017

Trivago achète le PMS Base7Booking, mais c’est pour le bien des hôteliers

0
 

Trivago, le comparateur allemand dont 63 % des parts ont été acquises par Expedia en mars 2013, achète en mars 2016 le PMS suisse Base7Booking. Les conditions de la transaction ne sont pas révélées. Officiellement "l’intégration des deux plateformes connectera les hôteliers à des millions de voyageurs et leur permettra de générer des réservations directes via leur propre site web.".

Malgré les apparences, cette transaction remonterait à 2015 et concernerait 52,3 % des actions de Base7Booking Sarl.

Voici donc que trivago veut devenir le partenaire le plus intime possible des hôteliers. Le PMS étant le cœur névralgique de l’opérationnel hôtelier, trivago débarque donc dans l’intimité de la gestion et de la distribution d’un établissement client de trivago. N’y voyez aucun conflit d’intérêt, ce serait pure spéculation.

Si à la fin de la messe vous allez demander au curé ultra conservateur un préservatif, ne soyez pas étonné qu’il soit troué (le préservatif, pas le curé NDLR)... Si un jour trivago venait à demander à Base7Booking de modifier légèrement ses algorithmes de distribution, ce dont trivago nous assure aujourd’hui du contraire puisque Base7Booking n’en dispose pas (ce qui paraît d’ailleurs anachronique en 2016), l’hôtelier n’y verrait que du feu et le résultat serait le même que le petit trou dans la capote : un magnifique bébé non désiré ! et une mère (l’hôtelier) prise au dépourvu !

Le communiqué officiel indique "Un récent rapport Phocuswright* indique que deux tiers des hôteliers prévoient de développer leur canal de réservation directe ; trivago et Base7booking veulent s’inscrire dans cette dynamique et donner aux hôteliers les moyens d’atteindre cet objectif. (*Rapport de Phocuswright, octobre 2015 : “Independent Lodging Market : Marketing, Distribution and Technology Strategies for NonBranded Properties”)". D’une part, ce n’est pas parce que les hôteliers souhaitent développer leur canal de réservation directe qu’ils vont y parvenir car les dés sont désormais jetés en attendant une possible mais peu probable à court terme redistribution des cartes, et d’autre part on ne peut pas considérer la réservation issue de trivago ou de TripAdvisor ou de Book on Google comme directe : ce n’est pas parce que l’intermédiaire n’est plus un OTA qu’il n’y a plus d’intermédiaire dans la relation entre le client et le vendeur !

Qui est Base7Booking ? Dans un article intitulé Tourisme 2.0 : Ces start-up suisses qui défient les géants du marché, le magazine suisse PME indiquait : "En 2008, sa femme et lui (Frank Martin, le fondateur) ouvrent un bed & breakfast à Lutry. « Nous avons très vite réalisé qu’il nous fallait un moyen de gérer notre hôtel à distance. Nous avons alors développé ce logiciel pour notre usage personnel », raconte Frank Martin. En 2012, il s’associe avec deux de ses stagiaires et un développeur indépendant afin de commercialiser la plateforme. Aujourd’hui, Base-7booking est implanté dans 37 pays et compte 16 employés. « Tous nos collaborateurs sont issus d’une école hôtelière », souligne le directeur.". Le PMS a donc été créé par un hôtelier qui a fait Lausanne et a été propriétaire de 2008 à 2015 d’un charmant hôtel 4* de 4 chambres qui passe à 13 chambres en 2011, puis s’est associé avec deux de ses stagiaires de Lausanne et un développeur. Le PMS est aujourd’hui utilisé dans 40 pays mais le nombre de clients est inconnu. Le PMS est en cloud, comme une bonne trentaine d’autres PMS internationaux sans compter les initiatives locales dans une multitude de pays.

Le communiqué mentionne "...Avec Base7booking, trivago souhaite voir les hôteliers passer d’une gestion papier/crayon à une gestion hôtelière en ligne.... Les petits hôtels qui gèrent à la main seraient-ils les seuls visés ? Ce n’est pourtant pas sur ces petits hôtels généralement à la campagne que se réalise le gros du business de la réservation hôtelière.

En 2016 et dans les années à venir, gérer des tuyaux n’est plus vraiment ce qu’on attend d’un PMS. Ce qu’on en attend, c’est qu’il gère les clients, quel que soit le tuyau qu’ils utilisent à l’instant T.

Pourrait-on déceler dans cette acquisition le syndrome BookingSuite ? Officiellement que nenni. C’est dommage d’en arriver là car Expedia avait jusque là réalisé un profond travail, plutôt réussi d’ailleurs, sur son cœur de métier d’agent de voyages qui ne se contente pas de capturer la demande là où elle passe mais utilise les leviers à sa disposition pour susciter et canaliser la demande. Comme l’indiquent tous les documents officiels Expedia ou trivago, trivago est indépendant dans sa gestion, néanmoins les 63 % de droits de vote d’Expedia au conseil d’administration de trivago doivent bien s’exprimer ou à minima donner leur avis sur une telle acquisition. C’est au 1er trimestre 2016 puis au 1er trimestre 2018 qu’Expedia peut racheter par lots respectifs de 50 % les parts encore détenues par les fondateurs de trivago, qu’Expedia valorisait à 365 M$ (pour les 37 % encore détenus par les fondateurs de trivago) dans son rapport annuel 2013. Qui sait ce qui se trame sur ce plan ?

Conclusion
Si les hôteliers n’ont pas encore compris que la technologie est leur point de salut dans le monde actuel, l’intérêt du duopole Booking-Expedia pour les technologies les plus proches de l’hôtel devrait les alerter : il est urgent de protéger son fonds de commerce avec des prestataires technologiques réellement indépendants et compétents.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/5820

Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien http://suiv.me/5820 vers sa source ou le lien http://suiv.me/5820.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 
0
 

Les commentaires

  • 1er mars 2016, 12:39, par Hotel le Manoir St Michel

    Et alors ? Que pourra faire l’hotelier quand le duopole Booking-Expedia aura racheté les Reservit, Availpro, Mirai et consorts ? Apprendre le PHP et développer son propre moteur ?

    Mamma mia, il va y en avoir des nuits blanches, des migraines, des "Nervouss braike donne"..comme on dit de nous jours...

  • 1er mars 2016, 12:42, par TH

    Alors achetez Booking et Expedia :)

  • 2 mars 2016, 12:14, par Skye de BookBedder

    Connaissant très bien l’équipe Base7Booking, issus eux aussi, comme BookBedder, de l’Ecole hôtelière de Lausanne, je ne peux que les féliciter pour leur travail accompli et l’heureux dénouement du rachat par Trivago (enfin, heureux au moins pour les actionnaires).

    Mais je rejoins Guilain et son inquiétude sur la question d’indépendance ; on se trouve dans une situation déjà vécue avec PriceMatch, rentré dans le giron Booking l’année dernière. Là les hôteliers n’étaient pas dupes, et plutôt que de laisser entrer le loup dans la bergerie ont préféré se retirer (PriceMatch aurait perdu 40% de leur clientèle suite au rachat, selon des bruits du couloir). En n’espérant pas le même sort à Base7 bien évidemment, on est quand même en droit de se poser la question s’ils ne subiront pas des pressions contraires à leurs origines pro-hôtelier, vu qu’ils se trouvent maintenant au sein d’une grosse machine puissante où le profit prime.

    Où sont les acheteurs côté hôtelier, gage de protection des intérêts de l’industrie ? Accor a racheté FastBooking, certes, mais vu l’appétit actuel des grands OTAs il faudrait accélerer le mouvement avant que d’autres jeunes pousses se fassent manger par ces doux requins du net !

  • 3 mars 2016, 15:53, par TH

    Qu’il est amusant de voir un utilisateur suisse du canton de Vaud voter plusieurs fois avec une note de 1 sur 5... L’anonymat a toujours été une approche courageuse !

  • 18 avril 2016, 09:18, par Hotel le Manoir St Michel

    Bonjour,

    juste une petite anecdote avec Trivago. En février, j’ai -enfin- installé un moteur de réservation sur mon site (Wubook). Et ce dernier est Trivago compatible, avec un petite commission au clic.

    Parfait me dis-je, j’active donc la remontée des mes tarifs sur Trivago moyennant un prix au clic. Et ça a marché impeccable.

    Ne travaillant aucune OTA, seul mon tarif était visible et j’avais un taux de conversion correct, payait au mon dû a Trivago et Wubook (ben oui les deux prenaient un prix fixe au clic), bref tout était bien dans le meilleur des mondes.

    Mais Trivago a du se dire qu’il y avait encore du jus dans le citron car au bout de deux mois d’affichage, ce dernier m’a sorti de son systeme du jour au lendemain sans raison valable. "une redéfinition de notre modèle commercial" dixit mon account manager Trivago et qu’ils allaient me refaire une proposition commerciale, c’était il y a 15 jours...

    Bref, les petits indépendants épris de liberté qui veuillent encore offrir a leurs clients un rapport qualité prix correct en limitant les intermédiaires sont vraiment des "pain in the ass". Vivement qu’ils disparaissent.

  •  
     

Un avis, un commentaire ?

À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants auto-promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Message limité à 5000 caractères

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »