Bonjour,

Vous appréciez notre contenu, cependant votre bloqueur de publicité nous prive des ressources publicitaires sans lesquelles ce site n'aura d'autre choix que de fermer.
Certains sites ont abusé de la publicité en envahissant les écrans et ce sont tous les autres éditeurs qui paient pour ces abus. Nous vous invitons à lire cet article Les adblockers m’ont tuer.
Merci de désactiver votre logiciel (par exemple ADBLOCK) qui bloque les publicités.
Pour désactiver votre logiciel bloqueur de publicité sur notre site (et uniquement sur notre site), il suffit de cliquer sur l'icône de votre bloqueur de publicité puis de cliquer sur "autoriser ce site". Si vous avez un doute, contactez-nous
Merci de votre compréhension

Voici les logos de quelques uns de ces logiciels :



 
Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Associations - Politiques -Institutionne > Abritel-HomeAway vs. syndicats : réalité vs. dinosaures (...)
mardi 21 février 2017

Abritel-HomeAway vs. syndicats : réalité vs. dinosaures ?

0
 

Apparemment les hôteliers - et à priori leurs représentants également - n’avaient pas connaissance de l’Euro2016 en France au début de l’été 2016. Dommage qu’ils n’aient découvert cette manifestation que tardivement car d’autres acteurs du tourisme ont pris les devants, à moins que ce ne soient les organisateurs de l’Euro2016 eux même.

A-t-on vu des hôteliers se rassembler avec d’autres types d’hébergements afin de proposer aux organisateurs de l’Euro des outils de réservation simples et modernes ?

A-ton-vu des hôteliers se rassembler et mettre en place une charte de bonne conduite afin d’éviter des augmentations de prix allant jusqu’à 600 % ?

Non, on a juste entendu hurler au loup parce que les organisateurs de l’Euro ont signé un partenariat avec Abritel-HomeAway, filiale du groupe Expedia, afin d’anticiper d’une part la pénurie prévisible d’hébergements et d’autre part d’éviter les prix démentiels.

On pourrait presque croire que le coup de gueule est l’expression du regret de ne pas pouvoir se gaver autant qu’on en avait l’habitude avec des prix multipliés par 5, 6 ou 7. Mais non, les dinosyndicats n’ont pour seul intérêt que les rentrées fiscales de l’état. Ouf, on est sauvé !

Euh... comment fonctionne Abritel-HomeAway ?

Abritel-HomeAway est un hybride entre l’annonce pur style LeBonCoin et le site tout intégré comme AirBnB ou TripAdvisor-HolidayLettings.

En effet, un propriétaire dépose une annonce sur Abritel et peut choisir son modèle économique :
- un abonnement annuel lui permettant de diffuser son annonce : dans ce cas, le contact se noue directement entre propriétaire et client
- une commission de 10 % : dans ce cas la réservation passe fatalement par Abritel et de facto les flux financiers également

Dans le cas d’une annonce libre, Abritel propose néanmoins d’être l’intermédiaire de paiement entre les parties, moyennant une commission réduite couvrant les frais bancaires.

Comment Abritel pourrait-il être responsable de la collecte de la taxe de séjour quand la réservation s’effectue en dehors de ses tuyaux ? Pourquoi les dinosyndicats n’attaquent-ils pas LeBonCoin dans cette affaire car il est évident que bon nombre d’arrangements y prendront naissance ? Pourquoi n’attaquent-ils pas TripAdvisor qui se fout de la g... du monde depuis plus de 15 ans ?

A ce titre, Abritel est infiniment plus avancé qu’AirBnB (hors Paris) ou TripAdvisor quand on aborde le sujet de la taxe de séjour :

Abritel permet au propriétaire de paramétrer réellement la taxe de séjour (copies d’écran réalisées grâce au propriétaire d’une maison en Bretagne, propriétaire qui s’acquitte de la taxe de séjour et des impôts sur ses revenus locatifs) :
JPEG

Côté TripAdvisor, c’est presque risible :
JPEG

Chez AirBnB, hormis à Paris où la taxe est réellement paramétrable, voici ce qu’on peut paramétrer :
JPEG

A ce jeu, Abritel paraît prêt à collecter la taxe de séjour quand une réservation ou un paiement passe effectivement par ses tuyaux. AirBnB le fait à Paris et pourrait fort bien le faire dans tout l’hexagone. Quant à TripAdvisor, l’imposture continue.

Le service de presse d’Expedia assure que des négociations sont en cours avec plusieurs municipalités.

La bataille des études

Suivant le commanditaire d’une étude, les résultats sont différents et les analyses encore plus, quand elles ne sont pas farfelues. Il faudrait peut être qu’on utilise les mêmes données quand on fait semblant de mesurer mesure l’impact de ces logements sur l’hôtellerie !

Dans l’hôtellerie, on a pris l’habitude d’utiliser l’indicateur "RevPar" acronyme de "revenue per available room", que l’on traduit plus justement en français "revenu par chambre construite". Pour un hôtel de 50 chambres, le nombre de chambres annuel est donc de 365 fois 50, soit 18.250 chambres.

Quand on parle d’AirBnB, il suffit qu’un appartement soit disponible une seule nuit dans l’année pour qu’il soit comptabilisé comme "disponible" et qu’on le compare à une chambre d’hôtel disponible 364 plus souvent dans l’année.

Quand va-t-on avoir une étude qui tienne réellement compte du nombre de nuitées pendant lequel un logement est réellement disponible à la location touristique ?

Comankonfé alors ?

Il serait peut être temps de cesser les guerres qui ne conduiront à rien d’autre qu’à la destruction d’un grand nombre d’hôtels. Il serait peut être temps de collaborer avec les autres formes d’hébergement, celles dont les propriétaires respectent une réelle éthique. En proposant des offres différentes (et éthiques) sur les mêmes supports, le client pourra faire son choix et à prix équivalent devrait favoriser la filière qui collabore réellement à son économie locale ou nationale.

Marginaliser les fraudeurs (en ne les affichant pas) est bien mieux perçu par le public qu’une attaque frontale qui mélange tout et attaque de facto des propriétaires respectueux. Voltaire ne disait-il pas "Il vaut mieux hasarder de sauver un coupable que de condamner un innocent." ?

Au passage, il faudrait aussi rappeler aux hôteliers parisiens comment doit se facturer la taxe de séjour. Le paragraphe "Hypocrisie... envers les taxes" de l’article Hôtelier et Hypocrisie, n’y a t’il que le "H" en commun ? apporte pourtant des réponses concrètes à ce sujet.

Mais au fait, si la vague de l’économie collaborative et de l’économie locale sont si "trendy", pourquoi les hôteliers sont-ils si marginaux à proposer des produits locaux ? Pourquoi trouvent-on en juillet des fruits en boîte de conserves au petit-déjeuner ? Pourquoi ne trouve-t-on que rarement des produits complets ou sans gluten alors que cette tendance est un ras-de-marée dans les supermarchés ? Pourquoi les labels "bio" ne sont-ils pas présents ni mis-en-avant (oeufs, produits laitiers, fruits, etc...) ? Pourquoi la charcuterie est-elle industrielle ? N’a-t-on pas suffisamment de terroirs, de savoirs-faire, et de saveurs fantastiques à mettre en valeur ?

Conclusion

Tous les propriétaires de logements ne sont pas des fraudeurs. Tous les propriétaires d’hôtels ne sont pas des fraudeurs. Tous les garagistes ne sont pas des voleurs. Tous les coiffeurs ne sont pas gays, même si un tribunal a récemment réussi à faire cet amalgame émétique.

L’avenir se construit avec, pas contre. Du côté du pouvoir politique, gérer les guerres et favoriser l’un des acteurs au détriment des autres est un jeu pourri qui ne conduit qu’à des frustrations. Si l’on veut que la politique change, peut-être faudrait-il changer notre rapport avec la politique et proposer au lieu de revendiquer !

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/6071

Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien http://suiv.me/6071 vers sa source ou le lien http://suiv.me/6071.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 
0
 

Les commentaires

  • 1. Abritel-HomeAway vs. syndicats : réalité vs. dinosaures ?, 21 avril 2016, 15:40, par hotel rose

    bien d’accord avec votre point de vue
    c’est pourquoi je continue à croire qu’une action menée collectivement pour promouvoir la réservation en direct est la première chose à faire, sans passer par des intermédiaires comme fairbooking ou autre qui ne font que semer la dispersion et la certitude du passage obligé par un intermédiaire.
    Je continue donc à croire qu’une communication via la route du rhum financée par des milliers d’hôteliers peut continuer à inciter les visiteurs à trouver les hôtels directement, tendance qui prend de plus en plus d’ampleur (doucement certes) et qui ne peut que se renforcer.
    j’ai déjà fait part d’un projet avec un bateau très exceptionnel créant suspens et intérêt particulier, pour l’instant sans suite.
    Y a t-il des amateurs pour s’intéresser à un projet que je peux soumettre ???

  • 2. Abritel-HomeAway vs. syndicats : réalité vs. dinosaures ?, 23 avril 2016, 09:32, par pascal

    On tourne toujours en rond, 27 000 personnes individualistes non-structurées contre 3 ou 4 groupes disposant d’outil informatique puissant, d’un marketing important, d’équipes commerciales dédiées. 27 000 personnes c’est 27 000 idées. Même Fairbooking n’arrive pas à avoir une offre simple et unique, parfois l’hôtel fait 5 % parfois 10 % parfois on offre un petit déjeuner, parfois on surclasse et parfois c’est le même prix ou plus cher. Il faut appeler pour avoir la surprise et avoir une "attitude eco-responsable"..... Les syndicats font ce qu’ils peuvent mais ils arrivent toujours après le feu... Il y a 27 000 professionnels qui ont attendu que l’on viennent à eux pour l’euro, pas un n’a bougé, et maintenant que l’accord est signé ils crient au feu.... Alors on appelle le syndicat.... pour batailler sur les taxes de séjour.... Comme pour la guerre 14 / 18 les hôteliers, ont une guerre de retard....

  • 3. Abritel-HomeAway vs. syndicats : réalité vs. dinosaures ?, 25 avril 2016, 09:42, par Manuel

    C’est une blague la partie sur la collecte de la taxe de séjour, qui ’serait prête’ chez Homeaway et ’risible’ chez TripsAdvisor :
    Il y aura un progrès le jour où l’opérateur / site internet reversera directement la taxe à la mairie ou état.
    Là chez Homeaway le propriétaire rentre juste un tarif de taxe qui va s’ajouter à son tarif.
    Par exemple au lieu d’afficher un tarif de 800€ / semaine (on est d’accord qu’il ne va pas afficher un prix de 821€) et de reverser 21€ de taxe de séjour, il va afficher un tarif de 800€ + 21€ de taxe de séjour. Bien entendu le fait qu’il affiche le tarif de la taxe de séjour ne l’oblige nullement à reverser cette taxe, donc "l’oublie" de payer la taxe de séjour est toujours d’actualité

  • 4. @Manuel ou Christophe ou..., 25 avril 2016, 09:47, par TH

    La critique (ou la dénonciation d’ailleurs) anonyme a des vertus aphrodisiaques parait-il...

  •  
     

Un avis, un commentaire ?

À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants auto-promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Message limité à 5000 caractères

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »